21/04/19 Quand Court fait un petit signe !


Fidèle à lui-même, PEISSON prend la tête des opérations, épaulé par Jonathan MONCANY et Sylvain COURT. L’équipe avale les 15 premiers kilomètres rapidement et repasse au village bien avant le coup de fusil du 30 kilomètres tiré à 9h. Une grosse vingtaine de coureurs du 45 kilomètre vient également à bout de la boucle en 1h30. Pour les suivants, l’ascension se fera en compagnie des concurrents du 30 kilomètre, frais et déliés, dont il ne sera pas si aisé de se détacher avant les crêtes. Là-haut, le vent enveloppe les corps et complique une course déjà ardue sur les blocs rocheux. Dans le peloton, chaque bosse de la crête dévoile la file des concurrents au lointain, avançant toujours, un peu plus haut, un plus loin... Le Jouc de l’Aigle est enfin atteint.  Après quelques mains posées pour se glisser en bas des roches, les concurrents relancent jusqu’au kilomètre 30 du col Saint Pilon avant d’entamer la descente. Et la botte secrète de Sylvain COURT, c’est la descente. Il lâche subitement les chevaux, perdant ses deux acolytes dans la portion. Il ne descélèrera pas jusqu’à l’arrivée, creusant dans les bosselettes de la dernière partie du parcours un écart de 8 minutes. De leur côté, nos Provençaux dévalent les kilomètres à vive allure pour terminer dans la même minute à Signes en 4h13. Jonathan (3ème) : “ Super ! J’avais du mal à tenir Yohan dans les relances et les 15 derniers kilomètres étaient coriaces ! “ Au pied du podium hommes, on retrouve Samir TAZI en 4h30, à 12 minutes du 5ème après une course costaude à 10 kilomètre/heure de moyenne. Chez les féminines, Daphné NADOULEK s’en va-t-en guerre. Après avoir parcouru la première boucle en 1h32, les mathématiques nerveuses commencent. Perrine et Sophie courent ensemble et même si Perrine est en reprise, ses remontées redoutables de classement sont à craindre. Daphné atteint le point d’eau du 20ème kilomètres après 2h07 de course : maintenant, il va falloir assumer ! Après avoir grimpé la crête avec des amis courant le 30 kilomètres, elle parvient tant bien que mal à maintenir l’allure. Elle arrive à Signes en 5h22, encadrée par un tir groupé de camarades du SMAC dans le même quart d’heure.

 

Texte : Daphnée Nadalec. Photo: Tam Tam Photos



Retour http://www.runningmag.fr

Partager sur Facebook